06 77 49 95 77

Rechercher
15.02

La restauration du patrimoine à l'honneur

Entre quelques magnifiques tableaux Dauphinois, des bijoux du XIXe siècle, des commodes plusieurs fois centenaires et de la vaisselle en faïence ancienne, les membres de l'USAMA (Union des Savoir-faire des Artisans des métiers d'art) ne sont pas perdus au 36e Salon des antiquaires de Grenoble. Au contraire si les marchands d'objets anciens sont de très bons spécialistes pour vous conseiller lors de l'achat de ces articles, les artisans de l'USAMA vous invitent, eux, à ne rien jeter.

Leur passion, les beaux objets anciens. Leur savoir-faire: la restauration. "Mettre au feu une commode du XVIIe, c'est impensable, quelque soit son état" souligne Frédéric Théry, spécialiste dans la restauration de mobilier installé à Theys. "Restaurer, c'est conserver et souvent sauver", commente-t-il en feuilletant un album photo dans lequel il présente une petite partie de son travail.

Artizz - usama - La restauration du patrimoine à l'honneur - DL 2011

Leurs clients: des musées mais aussi des particuliers.

Meubles, livres, mobilier, vaisselle, vitraux, tableaux, instrument de musique... tous les objets peuvent passer entre les mains de l'un des artisans de cette union. Ils proviennent de musées, d'édifices religieux, de monuments historiques, de chez des particuliers aussi.

Véronique Faudou, restauratrice de céramique à Chapareillan, est venue sur le salon avec plusieurs de ces réalisations, comme tous les artisans de l'USAMA. Dans une vitrine, elle expose une assiette qui semble y avoir toujours été, protégée du temps qui passe et des mains qui auraient pu la laisser glisser.

Erreur."L'assiette m'a été confiée en 33 morceaux", annonce timidement Véronique Faudou." Mais je fais ce métier depuis 20 ans", ajoute-t-elle, presque gênée face à l'étonnement et l'admiration de quelques visiteurs. Artisan, artistes ou magicienne ? Un peu les trois sans doute.
"Les artisans membres de l'Usama sont sélectionnés pour leurs savoir-faire", explique Franck Michel, relieur-restaurateur à Grenoble et président de l'union.

"Tous sont aussi passionnés. Ils nous arrivent de collaborer pour une restauration", conclut Frédéric Durmort, tapissier à Quaix-en-Chartreuse.

Matthieu Estrangin

Dauphiné Libéré du 5 février 2011